Google +1
Moteur écolo
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 69 le Sam 15 Oct 2016 - 22:54
Derniers sujets
» Délivrance...
Hier à 23:53 par Stahlder

» Le plaisir...
Hier à 22:50 par ibiscus

» Moulin des oiseaux de sinople
Hier à 22:38 par ibiscus

» Ô mon coeur
Hier à 15:14 par modepoete

» Quatre cent vingt et un
Hier à 14:56 par Peterpiotr

» Nuit mythologique
Hier à 14:47 par Peterpiotr

» Sankt Regenbogen
Hier à 13:54 par Stahlder

» haikus printaniers
Hier à 13:47 par Stahlder

» L'Ame du Monde
Hier à 11:18 par Thunderbird

» Rubaiyat métaphysiques
Hier à 11:15 par Thunderbird

» haïku d'hiver
Mar 19 Mar 2019 - 10:46 par Thunderbird

» Un roi cardiophore
Mar 19 Mar 2019 - 8:27 par ibiscus

» Ô sage enfant
Lun 18 Mar 2019 - 16:22 par modepoete

» Les deux oiseaux d'Odin...
Dim 17 Mar 2019 - 19:51 par Peterpiotr

» Au printemps
Dim 17 Mar 2019 - 17:24 par ibiscus

» 29/12/1890.
Sam 16 Mar 2019 - 19:42 par Peterpiotr

»  Un antitroll dans la chapelle
Sam 16 Mar 2019 - 13:57 par Stahlder

»  Le seigneur Passereau
Sam 16 Mar 2019 - 7:30 par ibiscus

» Et "pie" quoi encore ?
Sam 16 Mar 2019 - 0:45 par foliebellule

» trip à l’étal
Sam 16 Mar 2019 - 0:12 par Stahlder

» Frères humains ....
Ven 15 Mar 2019 - 21:10 par Myrrha

» Hugo la pagaille
Ven 15 Mar 2019 - 21:06 par Myrrha

»  Petite Contine Sans Importance
Ven 15 Mar 2019 - 21:02 par Myrrha

» Aller du mal eu bien
Ven 15 Mar 2019 - 14:47 par modepoete

» Quand sonne l'heure...
Ven 15 Mar 2019 - 12:32 par Stahlder

» Bonjour !
Ven 15 Mar 2019 - 10:17 par Myrrha

» Utopies
Ven 15 Mar 2019 - 10:13 par Peterpiotr

»  Carl von Linné
Ven 15 Mar 2019 - 9:54 par Myrrha

» Gardenia
Jeu 14 Mar 2019 - 16:24 par Meilinn

»  Sagesse d’un juge
Mer 13 Mar 2019 - 15:12 par Stahlder

» Au soir ma pensée
Mer 13 Mar 2019 - 14:30 par modepoete

» O bel humain
Mer 13 Mar 2019 - 12:49 par modepoete

» Ton délire
Mer 13 Mar 2019 - 10:37 par modepoete

»  Licorne-ermite
Mar 12 Mar 2019 - 18:40 par ibiscus

» Ce soir mon esprit
Mar 12 Mar 2019 - 15:06 par modepoete

» Nouveau pont bordelais
Mar 12 Mar 2019 - 12:56 par Stahlder

» Oralisation
Lun 11 Mar 2019 - 21:01 par ibiscus

» Deux visages racés
Lun 11 Mar 2019 - 16:55 par modepoete

» Balle de vie
Dim 10 Mar 2019 - 14:57 par modepoete

» Le seigneur Galliforme
Dim 10 Mar 2019 - 14:05 par Stahlder

» Amour toujours au secours !
Dim 10 Mar 2019 - 10:11 par Thunderbird

» Drôle d'odeur
Dim 10 Mar 2019 - 9:14 par ibiscus

» La petite vieille
Dim 10 Mar 2019 - 7:35 par Hugo54

» Dans la nuit des temps
Sam 9 Mar 2019 - 19:47 par Peterpiotr

» Mars
Sam 9 Mar 2019 - 18:49 par Myrrha

» Afrique...
Sam 9 Mar 2019 - 18:48 par Stahlder

»  Lion d’azur insouciant
Sam 9 Mar 2019 - 18:41 par Myrrha

» C'était juste une Polynésienne
Sam 9 Mar 2019 - 18:36 par Myrrha

» Dame de l’Ambre
Sam 9 Mar 2019 - 18:30 par Myrrha

» Accepter...
Sam 9 Mar 2019 - 18:21 par Myrrha

» Mamie
Sam 9 Mar 2019 - 18:18 par Myrrha

» Dame du monastère
Sam 9 Mar 2019 - 18:10 par Myrrha

» Pourquoi ces yeux rougis...
Sam 9 Mar 2019 - 18:09 par Peterpiotr

» Reptile pensif
Sam 9 Mar 2019 - 18:06 par Myrrha

» Tant d’amour...
Sam 9 Mar 2019 - 18:02 par Myrrha

» Arc en ciel...
Ven 8 Mar 2019 - 23:44 par Fugitive

» L'abécédaire d'une vie
Ven 8 Mar 2019 - 13:17 par modepoete

» Depuis le pont
Ven 8 Mar 2019 - 9:39 par ibiscus

»  Sainte Florence
Ven 8 Mar 2019 - 9:22 par Peterpiotr

» Manoir de la mouette
Jeu 7 Mar 2019 - 20:09 par Thunderbird

»  Reflets d’inframonde
Mar 5 Mar 2019 - 14:09 par Stahlder

» Lion d'azur méditant
Mar 5 Mar 2019 - 14:06 par Stahlder

» Sur la route des anges
Mar 5 Mar 2019 - 9:36 par modepoete

» numéro zéro
Mar 5 Mar 2019 - 9:33 par modepoete

» La Reine Avette
Lun 4 Mar 2019 - 23:44 par Stahlder

» je me suis allé
Lun 4 Mar 2019 - 18:27 par modepoete

» Profondeur de mon âme
Dim 3 Mar 2019 - 13:59 par modepoete

»  Flamme d’inframonde
Dim 3 Mar 2019 - 13:58 par Stahlder

»  Planète Arc-en-ciel
Sam 2 Mar 2019 - 10:32 par Thunderbird

» Ô Poète
Ven 1 Mar 2019 - 14:38 par Meilinn

»  Roseau méditant
Ven 1 Mar 2019 - 14:17 par ibiscus

» T'en souvient-il ?
Jeu 28 Fév 2019 - 7:25 par ibiscus

» Rumination
Mer 27 Fév 2019 - 13:58 par Peterpiotr

» Désirs...
Mer 27 Fév 2019 - 12:47 par Fugitive

» Espoir
Mer 27 Fév 2019 - 12:33 par Peterpiotr

»  Ressource inépuisable
Mer 27 Fév 2019 - 10:52 par Thunderbird

»  Arbre ténébreux
Mer 27 Fév 2019 - 10:48 par Thunderbird

» Pelouses et jardins...
Mar 26 Fév 2019 - 20:14 par Fugitive

» Un petit malade coquuin
Mar 26 Fév 2019 - 16:16 par modepoete

» Dérives
Mar 26 Fév 2019 - 14:59 par Stahlder

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Mars 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Année du cochon de terre

L'horizon d'un destin

Aller en bas

L'horizon d'un destin

Message par modepoete le Ven 6 Oct 2017 - 22:49




En poste sur le bord de ma vie
Saigne le doute de mon destin
Des blessures de son passé
Un flot de folles douleurs
Tente de se soigner d’espérance

IL regarde au là bas cet horizon
Celui de ces demain inconnus
Il persévère intrigué à les traquer
Pour dissiper toutes les brumes
Qui entourent son obscur mystère

Les derniers rayons du soleil rouge
Ronge la faune, la flore qui souffre
Se déforme, se plie, s’asphyxie, se meurtrit
L’eau est venue sans peine à leurs manquer
La nature laisse seule, prospérer la ronce

Une pluie de cendre
Recouvre cette terre
Des derniers brulots
De cette atomique guerre
Engendrée par la main pressant
Le satané bouton de la mort
Main de ces pervers humains du pouvoir
Dont l’orgueil despote à pris
En otage la volonté des innocents

Le monde urbain est silencieux
De partout dans ce désert plus de mots
Plus de vie, inutiles ces immeubles
Qui pleurent de leurs ruines de désolation
Ils laissent tomber leurs larges épaules
Sur le sol qui se lézarde, quelle démence !

Mais où donc est passé l’humanité
Elle a disparue, laissant là, seules
Leurs faméliques armées de robots pétrifiés
Pour l’éternité, les voilà figés, sans mémoire
Pour survivre sereins à l’esclavagisme humain

Les mers, les océans expirent avec peine
Leur dernière transpiration fétide
Le dernier poisson agonise, tente de marcher
Sur cette terre qu’il na jamais franchit
Ses ouïs grandes ouvertes
Il tente de s’octroyer un air déshérité

Là bas plus personne pour nous parler
De mos aïeux, de nos vieux amis
Les souvenirs sont lettres mortes indéchiffrables
Que voilà un monde sans vie que l’humanité
Avant-hier a laissé s’effondrer par égoïsme
A trop vouloir
Les lendemains vous délaissent du tout

Sur le bord de cet horizon
Il entrevoit un parchemin
Serait-ce ce testament d’héritage, il s’étiole
Mais à quoi servirait-il à cette humanité disparue
Les humains savaient-ils
Qu’un testament n’est dévolu
Qu’à la condition d’avoir descendance

Humain n’as-tu pas failli
A la morale naturelle
Il te faut préserver ton univers
Pour laisser survivre ton demain
Mais ne l’as-tu pas oublié
En privilégiant l’or, la science
Au détriment du respect de la nature
Que tu as polluée, souillée, infectée

Nous reste-t’il un espoir
Que notre descendance soit là au demain
Pour que vive au toujours notre destin
Nous vous en prions
Offrez-nous cet espoir
ƒC

_______________________________________________________________________________________________
je me vais par les hameaux, ceuillir tous vos mots pour vous les rendre demain bouquets floraux encore plus beau bisous8 bisous8 x
modepoete
modepoete
A.O.C.
A.O.C.

Messages : 963
Date d'inscription : 14/02/2013
Localisation : Dombasle sur Meurthe (54 - Lorraine)
Humeur : des tempetes de joie

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bouquets-de-poesies.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum