Google +1
Moteur écolo
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 184 le Mar 5 Nov 2019 - 7:20
Derniers sujets
» Présences
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeAujourd'hui à 22:25 par foliebellule

» Forteresse aristocratique
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeAujourd'hui à 17:25 par Stahlder

» Hibou au blason
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeAujourd'hui à 14:18 par Peterpiotr

» Rubaiyat métaphysiques
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeAujourd'hui à 10:07 par Thunderbird

» octobre,novembre,décembre(automne)
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeAujourd'hui à 10:06 par Thunderbird

» Clair de Pleine Lune
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeHier à 20:01 par Peterpiotr

» Pavillon de plaisance
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeHier à 19:00 par Myrrha

» Nef des Varègues
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeHier à 18:56 par Myrrha

» Boire avec la sirène
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeHier à 13:44 par Peterpiotr

» Lord Owl
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeHier à 13:26 par Stahlder

» Impossible
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 19 Nov 2019 - 22:31 par ibiscus

» moment de vie
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 19 Nov 2019 - 12:01 par Mabra

» Cheminement
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 19 Nov 2019 - 11:39 par Geno l'oiselle

» Buisson sans souci
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 19 Nov 2019 - 11:13 par Myrrha

» Des mots et des maux...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 19 Nov 2019 - 10:56 par Myrrha

» Offrir une tulipe
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 19 Nov 2019 - 10:46 par Myrrha

» Pierrot et Colombine
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 18 Nov 2019 - 10:09 par Thunderbird

» Amours, toujours ...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 18 Nov 2019 - 9:26 par Peterpiotr

» Dame hésitante
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 19:07 par Myrrha

» Clin d'oeil à Prévert
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 19:04 par Myrrha

» Prosit !
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 19:00 par Myrrha

» couleurs de vie
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 18:51 par Myrrha

» Abécédaire amoureux...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 16:55 par Myrrha

» À certains moments...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 16:05 par Peterpiotr

» Le navire onirique
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 15:10 par Stahlder

» Grand corbeau malade
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 14:50 par Geno l'oiselle

» La tour archiépiscopale
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 16 Nov 2019 - 10:13 par Thunderbird

» Femme...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 15 Nov 2019 - 15:56 par Stahlder

»  Célébration dionysiaque
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 15 Nov 2019 - 15:45 par Stahlder

» Orientale...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 15 Nov 2019 - 15:41 par Stahlder

» Mon bel amant
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeJeu 14 Nov 2019 - 11:38 par Fugitive

» Sagesse des hyperquarks
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMer 13 Nov 2019 - 17:03 par Stahlder

» Dame d’Occitanie
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMer 13 Nov 2019 - 14:24 par Peterpiotr

» Ambiconifère
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 12 Nov 2019 - 10:31 par Thunderbird

» Un peu pour soi
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 11 Nov 2019 - 20:57 par ibiscus

» Signe du Zodiaque 2 : Le Taureau
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 11 Nov 2019 - 14:02 par Thunderbird

» Chevalier Poussin Bleu
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 11 Nov 2019 - 10:33 par Thunderbird

» Piaf-Modeste
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeJeu 7 Nov 2019 - 19:18 par Mabra

» Le dolmen et la crypte
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMer 6 Nov 2019 - 10:36 par Thunderbird

» Trinité Méconnue
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 5 Nov 2019 - 20:26 par Thunderbird

» Hommage aux hiboux
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 5 Nov 2019 - 10:07 par Thunderbird

»  Manoir suspendu
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 4 Nov 2019 - 10:20 par Thunderbird

» Carpe Diem
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 4 Nov 2019 - 9:37 par Thunderbird

»  Entre tes mains
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 3 Nov 2019 - 18:48 par Stahlder

» Sanctissima crux
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 3 Nov 2019 - 18:34 par Stahlder

» Oiseaux du Paradis
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 3 Nov 2019 - 10:17 par Thunderbird

» Faisan d’Adam, faisane d’Ève
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 2 Nov 2019 - 15:49 par Stahlder

» L’oiseau qui lit Ronsard
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 2 Nov 2019 - 13:44 par Stahlder

» plasticien exposé
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMer 30 Oct 2019 - 11:50 par Mabra

» La chute d’une branche
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMer 30 Oct 2019 - 10:24 par Thunderbird

» Antimécanoptère
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 29 Oct 2019 - 10:47 par Thunderbird

» Clé du Jardin des Oliviers
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 28 Oct 2019 - 10:44 par Thunderbird

» à recycler
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 26 Oct 2019 - 23:32 par foliebellule

» Aigle-charpentier
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 26 Oct 2019 - 10:03 par Thunderbird

» Auto-enfumage
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 26 Oct 2019 - 7:35 par Peterpiotr

» légèreté des mots
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 26 Oct 2019 - 0:03 par Fugitive

» Bateau poème...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 25 Oct 2019 - 23:58 par Fugitive

» C’est pas grave...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 25 Oct 2019 - 23:52 par Fugitive

» Bébé
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 25 Oct 2019 - 23:50 par Fugitive

» Seuils
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 25 Oct 2019 - 18:18 par Peterpiotr

» Semeur de rimes
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 25 Oct 2019 - 17:53 par Stahlder

» D’argent à trois feuilles de sinople
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 25 Oct 2019 - 10:58 par Thunderbird

» Pumes et calames
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeJeu 24 Oct 2019 - 19:00 par Peterpiotr

» Arbre d’Orphée
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeJeu 24 Oct 2019 - 13:32 par Stahlder

» Roulette
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMer 23 Oct 2019 - 21:16 par Peterpiotr

» Fleur-hiéroglyphe
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMer 23 Oct 2019 - 13:18 par Stahlder

» Passe le temps...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 22 Oct 2019 - 17:01 par Fugitive

» Nef des moines cénobites
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 22 Oct 2019 - 14:37 par Stahlder

» La main du chevalier
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 22 Oct 2019 - 10:10 par Thunderbird

» Angel
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 22 Oct 2019 - 0:30 par Stahlder

» Ceci est mon cor
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeMar 22 Oct 2019 - 0:27 par Stahlder

» TOUJOURS HOLLANDE
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeLun 21 Oct 2019 - 14:47 par ibiscus

» Attention Ramina...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 20 Oct 2019 - 18:09 par Mabra

» Le geai des chênes
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeDim 20 Oct 2019 - 16:18 par Mabra

» Espoir
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 19 Oct 2019 - 22:38 par ibiscus

» rencontres
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 19 Oct 2019 - 12:41 par Mabra

» liberté à vie
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeSam 19 Oct 2019 - 12:36 par Mabra

» A l’ombre des jamais...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 18 Oct 2019 - 21:13 par Fugitive

» glacis
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 18 Oct 2019 - 14:51 par Mabra

» Je suis toi...
Dossier : la littérature russe I_icon_minitimeVen 18 Oct 2019 - 14:44 par Mabra

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Année du cochon de terre

Dossier : la littérature russe

Aller en bas

Dossier : la littérature russe Empty Dossier : la littérature russe

Message par Darkswan le Lun 5 Juil 2010 - 21:57

Version plus "lisible" ici.

I. Comment tout a commencé


Il faut savoir que la littérature russe s’est construite tardivement
sur une base à la fois de traditions orales populaires et de textes
religieux mélangeant des éléments culturels païens et chrétiens. Le
premier texte littéraire russe à proprement parler est le fameux Codex
de Novogrod (onzième siècle). Il s’agit de trois tablettes boisées sur
lesquelles ont été gravés une multitudes de textes à caractère
religieux. Malheureusement, comme chaque texte effaçait le précédent, il
est actuellement impossible de tous les récupérer.

Avant le dix-septième siècle, il n’existe donc en Russie aucun texte
qui ne soit pas religieux à part un certain nombre de récits populaires,
le plus souvent oralement transmis. On parle d’ailleurs à cette époque
de Slovenost (« art du mot ») et non pas de « literatura » (« littérature »).
Nous analyseront donc dans un premier temps la vieille tradition orale
russe pour ensuite nous pencher sur la littérature plus moderne.

II. Le terreau culturel russe
On parle aussi pour désigner ce terreau culturel de littérature
« vieux-russe ». Il existe en fait différentes catégories qu’il convient
de bien distinguer pour comprendre.

  • Tout d’abord un nombre limité de texte écrits en vieux-russe. un
    exemple connu est le fameux « Dit de la campagne d’Igor ».
  • Une littérature médiévale écrite en slavon avec une thématique
    religieuse dominante.
  • Les épopées orales (appelées bilynes),
    influencées notamment par la littérature byzantine, mais aussi par des
    traditions folkloriques païennes et chrétiennes. Deux sous-catégories se
    distinguent, d’une part les bilynes de Kiev très chevaleresques et
    d’autre part celles de Novogrod, plus focalisées sur des activités
    pacifiques.
  • Le conte russe, transmis oralement de génération en génération. En
    général inspiré de rites païens et d’anciens dieux slaves. Peu apprécié
    de l’élite, il a pourtant connu un développement fort avec des
    thématiques caractéristiques. Plus d’informations ici.

Après cette courte introduction, il est temps de se pencher sur la
littérature russe moderne.

III. Littérature russe moderne
C’est au règne de Pierre le Grand (1682 – 1724) que l’on doit une
certaine stabilisation de l’art russe en général. Au niveau plus
spécifiquement littéraire, une réforme de l’alphabet cyrillique est
amorcée et le premier journal du pays est créé. Par contre, le tsar
n’étant pas un homme de lettres, les premiers livres publiés à cette
époque sont surtout des traités militaires et des guides pratiques à
l’attention des administrations impériales nouvellement créées (par ex.
l’école de médecine et l’académie de marine). Progressivement, on
commence toutefois à voir naître un certain nombre de genres littéraires
:

  • Les chansons d’amour reprenant l’esthétique de la tradition orale
    sont désormais acceptées.
  • Des récits d’aventures sur le modèle des romans de chevalerie
    naissent, reprenant certains traits des contes populaires. Il est à
    noter qu’il s’agit-là d’adaptations à la Russie de récits étrangers et
    non pas de créations originales. Un bon exemple de ce type de récits est
    l’Histoire du marin russe Vassili Kariotsky et de la belle reine
    Iraklia de la terre Florentine
    .

Mais il faut attendre le début du dix-huitième siècle pour voir
apparaître un trio génial qui formera l’avant-garde de la littérature
russe, il se compose d’Antioche
Cantemir
, de Vasily
Trediakovski
et de Mikhaïl Lomonossov. Tous trois sont de grands
intellectuels polyglottes et versés dans l’art de la poésie. On notera
en particulier la contribution énorme de Lomonossov, qui non content
d’avoir fondé l’université de Moscou, écrira une grammaire du russe
fondatrice de la langue moderne.
Au-delà de ces trois maîtres, on peut aussi citer d’autres auteurs
ayant contribué à fonder les grands genres littéraires :

  • Poésie : Garvil
    Derjavine
    . Grand auteur d’odes, il était aussi connu pour ne n’as
    s’être soumis à une classification stylistique rigide (prônée par
    Lomonossov notamment). Son poème Dieu a été traduit partout en Europe et même en
    Chine.
  • Prose : Nikolaï Karamzin qui écrivit une belle histoire de
    Russie et quelques nouvelles. Aussi Alexandre Raditchev qui, malgré une écriture moyenne
    resta dans l’histoire pour sa critique de la traite des noirs et du
    servage en Russie.
  • Théâtre : Denis
    Fonvizine
    se distingue pour ses comédies sur l’aristocratie
    tsariste.

3.1 L’entente Lomonossov-Trediakovski
Comme mentionné ci-haut, Lomonossov a écrit une grammaire fondatrice
de la langue littéraire russe. Ceci est le résultat d’une querelle
littéraire ayant fait rage au dix-huitième siècle au sujet de la langue à
utiliser en littérature. Certains prônaient en effet le slavon et
d’autres le russe populaire. Trediakovski proposa intelligemment une
synthèse entre les deux et Lomonossov accepta ce compromis.

3.2 Le roman russe
À cette époque sont aussi traduits les premiers romans occidentaux
(notamment ceux de l’Abbé Prévost et Madame de Scudéry). La réception
n’est pas particulièrement brillante et encore une fois le débat divise
les littérateurs de l’empire en deux camps :

  • Les conservateurs. Ils sont opposés au roman et le
    trouve inutile.
  • Les opposants. Ils insistent sur le rôle social des
    romans et vont grâce au succès des traductions étrangères paver la voie
    aux grands romans russes que nous connaissons tous.

Fédor Emin (1743 – 1793) sera le premier romancier russe et il
rencontrera un succès populaire certain, même si la qualité de sa
production est souvent considérée comme médiocre. Il faudra attendre le
dix-neuvième siècle pour voir enfin se dégager une génération de grand
talent.

3.3 Le siècle d’or de la littérature russe

C’est donc avec le romantisme que les auteurs russes vont gagner leur
réputation au dix-neuvième siècle. Le roman est à l’honneur dans cette
période glorieuse, mais il ne faut pas oublier la production d’œuvres
poétiques et théâtrales tout aussi marquantes. Voici une brève liste des
essentiels de ce siècle merveilleux :

  • Poésie : on citera d’abord Eugène Baratynski, dont la poésie pessimiste le
    classe au rang de maudit du dix-neuvième siècle. Il est aussi le
    traducteur des œuvres noires du philosophe allemand Arthur Schopenhauer.
    Vient ensuite le génial poète lyrique Afanassi
    Fet
    , dont on oubliera pas les descriptions majestueuses des femmes,
    de la joie et de paysages tant glacés qu’estivaux. Il faut aussi citer
    en passant les quelques beaux vers érotiques d’Alexis Tolstoï (écrits sous le pseudonyme de Kozma
    Proutkov). Enfin, comment ne pas citer le prince des poètes russes Fiodor
    Tiouttchev
    , dont l’œuvre grandiose se divise en périodes très
    diversifiées. Ses quelques 400 poèmes couvrent ainsi les thématiques
    suivantes, tout d’abord une poésie traditionnelle sur le modèle des odes
    du dix-huitième entre 1810 et 1820, ensuite ses vers se teintent de
    romantisme allemand dès 1830 et deviennent profondément méditatifs.
    Puis, le pragmatisme s’empare de Fiodor en 1840 et s’en suivent une
    série d’articles politiques en prose. Mais dès 1850, le grand artiste
    s’éprend de la belle Eléna Denissiéva et lui consacre des poèmes d’amour
    au goût tragique. Et enfin vient l’âge de la maturité avec une poésie
    politiquement engagée.
  • Fable : il faut dans ce genre citer Ivan
    Krylov
    , bien inspiré par Esope et La Fontaine. Il publia au total
    220 fables d’un style très simple mais adapté à la jeunesse russe.
  • Théâtre : c’est ici le très célèbre Anton
    Tchekhov
    qu’on se doit de mettre à l’honneur. Plus connu en général
    pour ses nombreuses histoires courtes, son théâtre complexe a pourtant
    été d’une grande importance dans le développement de la conception du
    rôle d’acteur. Une grande importance est accordée chez Tchekhov à ce qui
    n’est que sous-entendu. Aussi, ses personnages ne correspondent pas aux
    types du théâtre classique mais font en quelque sorte avec leurs
    talents particuliers.
  • Roman : on commencera par menionner Alexandre
    Pouchkine
    , un littérateur multi-talents spécialiste de la culture
    française dont le chef d’œuvre est incontestablement le roman Eurgène
    Onéguine
    . Cela dit, le grand Alexandre a excellé tant en vers
    qu’en prose. Dans la même veine, il faut parler également de Mikhaïl Lermontov qui, bien que principalement
    reconnu pour son œuvre poétique (notamment Le Démon), a aussi
    écrit un roman formidable, Un héros de notre temps.Viennent
    ensuite les immenses romanciers qui ont fait la fierté de la littérature
    romanesque russe. On pense immédiatement à Fedor Dostoïevski (Crime et Châtiment, Les
    Frères Kamarazov
    ), Nicolas
    Gogol
    (Les Âmes Mortes), Ivan
    Gontcharov
    (La Frégate pallas), Nicolaï
    Leskov
    (Lady Macbeth du district de Mtsensk), Mikhaïl Saltykov-Chtchedrine (dont toutes les
    œuvres sont d’un mordant impitoyable contre le système tsariste, cet
    auteur s’est imposé comme un dieu de la satire acide), Léon Tolstoï (dont tous les romans témoignent à la
    fois de son humanisme et de sa quête spirituelle non violente. Écrivain
    incontournable qui influença énormément de personnalités, dont Ghandi )
    et bien entendu Ivan
    Tourgueniev
    (on retiendra le grand roman Pères et fils,
    qui oppose nihilistes et héros).

3.4 Le vingtième siècle (littérature et communisme)
Contrairement à la croyance populaire, le début du vingtième siècle
est pour la poésie russe un véritable âge d’or et de nombreux courants
se développent à cette époque. On peut citer par exemple :

  • Le symbolisme russe avec Valéry Brioussov.
  • Le futurisme russe avec le poète Vladimir Maiakovski (il s’agit d’un mouvement
    faisant l’éloge de la technologie industrielle et de vitesse).
  • L’acméisme, spécifique à la Russie et s’opposant au langage poétique
    sur-imagé du symbolisme, avec des artistes comme Nikolaï Goumilev et Sergueï Gorodetski.

Il faut noter aussi le développement à partir de 1914 d’une méthode
novatrice de critique littéraire : le formalisme
russe
.

Avec la révolution d’octobre de 1917 et le renversement du régime
tsariste, le cadre artistique russe se retrouve complètement chamboulé
par l’arrivée du communisme. Un certain nombre d’auteurs s’exilent dans
les capitales d’occident et fondent des revues. D’autres, moins
chanceux, restent au pays et meurent pour leurs idées. On citera en
guise d’exemple Goumilev. Puis, le régime s’assouplissant dès 1921 avec
la nouvelle politique économique, la littérature retrouve quelques
bouffées de liberté (par exemple avec le roman Mikahïl Cholokhov Don
Paisible
qui sera prix Nobel en 1965).

Cette parenthèse douce se referme toutefois rapidement dès la reprise
en main du pouvoir par Staline en 1930. La littérature est mise au pas
et le réalisme socialiste cherche à la transformer en
outil de propagande communiste. Les choix se réduisent alors
drastiquement pour les écrivains réfractaires au régime, c’est un peu
l’exil, la mort ou le goulag. Certains futuristes se suicideront
(Vladimir Maïakovski et Marina Tsvetaëva par exemple). Et avec la
précarité apportée par la deuxième guerre mondiale, le milieu littéraire
russe disparait dans le sang et la misère.
On peut citer toutefois les auteurs en exil qui, faute de pouvoir
écrire pour le peuple russe, garderont une certaine liberté de création.
Notamment Vladimir Nabokov (avec sa scandaleuse Lolita), mais aussi
Ivan Bounine et Alexandre Kouprine. Il existe malgré tout en Russie des samizdat,
qui sont des publications artisanales clandestines des œuvres
interdites, unique solution en attendant un régime plus souple pour une
diffusion large. Grâce à ce système, les premiers récits concernant le
système concentrationnaire des goulags se diffusent. On citera Alexandre Soljenitsyne et Varlam
Chalamov
dans ce domaine.

Malgré tout, il faudra attendre l’assouplissement initié dans les
années 1980 (perestroïka) pour que les auteurs soient enfin réhabilités
complètement et publiés de façon régulière en Russie. On peut penser par
exemple aux brillants Joseph Bordsky et à Sergueï Dovlatov.
Voià, ce dossier s’arrête ici puisque je ne considère pas avoir le
recul nécessaire pour traiter de la littérature russe contemporaine, qui
est d’ailleurs encore très jeune et en formation.

À bientôt… Dossier : la littérature russe Icon_bounce


Dernière édition par Darkswan le Mar 6 Juil 2010 - 13:26, édité 1 fois

_______________________________________________________________________________________________
Si le talent n'excuse pas tout, il peut transformer un tas de cadavres en œuvre d'art.
Darkswan
Darkswan
Erectus
Erectus

Scorpion Dragon
Messages : 20
Date d'inscription : 31/05/2010
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Dossier : la littérature russe Empty Re: Dossier : la littérature russe

Message par Fugitive le Mar 6 Juil 2010 - 12:17

Waouh !!! j'en reste sur le cul! toi tu es un puits de culture à toi toute seule ! franchement ça rehausse le site et je t'en remercie, non que je veuille dire que les autres poètes sont incultes, loin de là mes amis, mais avouez que cela ne peut pas nous nuire de lire de tels textes... Bravo Dark ! Dossier : la littérature russe 564626

_______________________________________________________________________________________________

Dossier : la littérature russe Index10
Le peu que je sais c'est à mon ignorance que je le dois...

Fugitive
Fugitive
Admin

Vierge Chien
Messages : 5470
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 73
Humeur : chagrine mais pas obstinée...

http://lesmauxdelame.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum