Google +1
Moteur écolo
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 69 le Sam 15 Oct 2016 - 22:54
Derniers sujets
» Jeux de mains
Aujourd'hui à 20:27 par ibiscus

» Eclos ma vigilance
Aujourd'hui à 17:15 par modepoete

» Nocturne
Aujourd'hui à 15:34 par Myrrha

» Main dans la main
Aujourd'hui à 15:18 par Myrrha

» Lardonfucius
Aujourd'hui à 13:30 par Thunderbird

» Rubaiyat métaphysiques
Aujourd'hui à 11:51 par Thunderbird

» Juillet, août, septembre
Aujourd'hui à 10:36 par Thunderbird

» Limerick 15 : Le hâbleur de Hong Kong
Hier à 18:22 par Stahlder

» Saint Ophis === Ἅγιος Όφις
Hier à 14:05 par Thunderbird

» Au jour nouveau
Hier à 13:13 par modepoete

»  Signes du Zodiaque 3 : Gémeaux
Hier à 9:04 par Thunderbird

» Je scrute la mer
Dim 16 Sep 2018 - 15:08 par modepoete

» Pont de la Fauvette
Dim 16 Sep 2018 - 13:20 par Thunderbird

» Limericks 14 : Le Toqué de Tokyo
Sam 15 Sep 2018 - 18:00 par Thunderbird

» Le pur sang et le cheval de trait
Sam 15 Sep 2018 - 16:31 par modepoete

» Ambicoq de sinople
Ven 14 Sep 2018 - 13:35 par Thunderbird

» Le rat et la souris
Ven 14 Sep 2018 - 12:49 par modepoete

» Signe du Zodiaque 2 : Le Taureau
Ven 14 Sep 2018 - 9:06 par Thunderbird

» Le chien et le troupeau
Jeu 13 Sep 2018 - 14:13 par modepoete

» Baronne serrurière
Jeu 13 Sep 2018 - 12:48 par Thunderbird

» A mon avant posthume
Mer 12 Sep 2018 - 22:01 par modepoete

» Limericks 13 : Le Péquin de Pékin
Mer 12 Sep 2018 - 14:02 par Thunderbird

» Dragon de Lugon
Mer 12 Sep 2018 - 13:16 par Thunderbird

» Les signes du Zodiaque 1 : LE BELIER
Mer 12 Sep 2018 - 2:58 par Stahlder

» Dauphin de Langoiran
Mar 11 Sep 2018 - 12:39 par Stahlder

» Oiseau de Salomon
Mar 11 Sep 2018 - 1:33 par Stahlder

» Six heures sonnent
Lun 10 Sep 2018 - 15:20 par modepoete

» Cube de soins
Lun 10 Sep 2018 - 15:11 par modepoete

» La mer sommeille
Lun 10 Sep 2018 - 12:58 par modepoete

» Cabane fraternelle
Dim 9 Sep 2018 - 21:43 par Stahlder

» Moineau-girafe des Amériques
Dim 9 Sep 2018 - 0:28 par Stahlder

» Limericks 12 : La vieille de Selestat
Sam 8 Sep 2018 - 22:13 par Thunderbird

» Mouchoir de sinople
Sam 8 Sep 2018 - 22:03 par Thunderbird

» Bestiaire 12 : Hoc Porcus est
Ven 7 Sep 2018 - 21:42 par Thunderbird

» Le sourire du dauphin
Ven 7 Sep 2018 - 21:38 par Thunderbird

» Autant en emporte le temps
Ven 7 Sep 2018 - 21:15 par ibiscus

» De Pas à pas
Ven 7 Sep 2018 - 19:29 par Geno l'oiselle

» Dame de pourpre
Jeu 6 Sep 2018 - 22:48 par Thunderbird

» Limericks 11 La Carpe de Carpentras
Jeu 6 Sep 2018 - 17:12 par Thunderbird

» Le Maître me donne un marteau
Mer 5 Sep 2018 - 12:41 par Thunderbird

» Itinérance
Mer 5 Sep 2018 - 12:34 par Geno l'oiselle

» Bestiaire 11 : LA CHEVRE
Mer 5 Sep 2018 - 12:16 par Stahlder

» Ô rose
Mar 4 Sep 2018 - 15:03 par modepoete

» Roue de sable
Mar 4 Sep 2018 - 12:36 par Thunderbird

» Limericks 10 : La danseuse d'Avignon
Mar 4 Sep 2018 - 11:20 par ibiscus

» Arbre des Carnutes
Lun 3 Sep 2018 - 22:45 par Thunderbird

» Dame des houles
Lun 3 Sep 2018 - 15:22 par Stahlder

» BESTIAIRE 3 L'Escargot
Lun 3 Sep 2018 - 14:52 par ibiscus

» slendeurts du monde
Lun 3 Sep 2018 - 14:21 par modepoete

» Limericks 9 : La Bayadère du Caire
Lun 3 Sep 2018 - 9:22 par Thunderbird

» Bestiaire 10 : L'Abeille
Lun 3 Sep 2018 - 0:10 par Stahlder

» Yinromulus et Remusyang
Dim 2 Sep 2018 - 17:34 par ibiscus

» Mains de druide
Sam 1 Sep 2018 - 13:19 par Thunderbird

» Ombre propices...
Sam 1 Sep 2018 - 12:27 par ibiscus

» Sagesse du goupil de pourpre
Sam 1 Sep 2018 - 11:31 par Stahlder

» Bestiaire 9 : Le Kangourou
Sam 1 Sep 2018 - 11:19 par Stahlder

»  Limerick 8 : Le mendiant d'Istanbul
Ven 31 Aoû 2018 - 16:08 par ibiscus

» Dialogue des saisons
Ven 31 Aoû 2018 - 12:03 par Thunderbird

» Dieu-Taureau
Ven 31 Aoû 2018 - 2:03 par Stahlder

» Il fut un temps, il est, il sera
Ven 31 Aoû 2018 - 1:58 par Stahlder

» Bestiaire 8 : Le Perroquet
Jeu 30 Aoû 2018 - 11:03 par Stahlder

» Sirène. ..
Mer 29 Aoû 2018 - 18:45 par ibiscus

» Rosée éphémère...
Mer 29 Aoû 2018 - 18:38 par ibiscus

» Mare Nostrum
Mer 29 Aoû 2018 - 17:15 par ibiscus

» le néant
Mer 29 Aoû 2018 - 15:46 par modepoete

» LIMERICK 7 : Le marchand de Venise
Mer 29 Aoû 2018 - 13:32 par Thunderbird

» Saint Pliste
Mer 29 Aoû 2018 - 13:24 par Thunderbird

» Et si...
Mer 29 Aoû 2018 - 13:11 par Stahlder

» Ange...
Mer 29 Aoû 2018 - 12:53 par Stahlder

» Las cuevas
Mer 29 Aoû 2018 - 12:45 par Stahlder

» Ange photophore
Mar 28 Aoû 2018 - 22:28 par Stahlder

» Limerick 6 : Le bonze de Lima
Mar 28 Aoû 2018 - 18:59 par ibiscus

» D'urgence
Mar 28 Aoû 2018 - 15:35 par modepoete

» Bestiaire 7 : L'éléphant
Mar 28 Aoû 2018 - 12:23 par Stahlder

» Roi du nuage de grêle
Mar 28 Aoû 2018 - 12:06 par Thunderbird

» Eclairage
Mar 28 Aoû 2018 - 10:09 par Geno l'oiselle

» Trop farfelu moi le joufflu
Lun 27 Aoû 2018 - 23:04 par modepoete

» ô lit!
Lun 27 Aoû 2018 - 13:10 par modepoete

» Une fois encore
Lun 27 Aoû 2018 - 8:20 par saldday

» Physicien danois
Dim 26 Aoû 2018 - 12:54 par Stahlder

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Année du chien de terre

Mon Aïda ! ma douce folie

Aller en bas

Mon Aïda ! ma douce folie

Message par paradis-artificiel le Sam 10 Sep 2011 - 19:27

Belle louve que j’ai dans la peau comme une morsure
Poison sans antidote duquel je voudrais ne jamais guérir
Merveilleuse lune dont l’absence est sœur de la torture
Sœur de mon âme et objet de mon désir !

Dans ces mots qui sèchent, je te creuse quelques maladroits vers
Une poésie à bout de souffle, un cœur qui en vient aux mots
Faute de ne pouvoir venir à toi, ma sauvage douceur !
Qui, à chaque regard, chasse mes maux et allège mes fardeaux .

Quelques mots, une confession, l’aveu de mon addiction
À tes yeux, tes sourires et ta mélancolie,
L’aveu de la morosité de mes soirées et de ma dépression
La terreur des matins sans goûter à tes joues pâlies .

Qu’on me crucifie, moi petite pute fière et indocile
Qu’on me châtie au feu jusqu’à l’obéissance
Que tu me cries ta colère et tes quêtes stériles
Et que tu battes des pieds la terre jusqu’à sa turgescence .


Qu’on me bannisse au pays des vampires et des Zombies
Qu’ils hantent mes nuits et qu’ils me sucent jusqu’à l’os.
Que tu m’alimentes d’angoisses, que tu me nourrisses aux phobies
Et sur ma hanche, que tu viennes aiguiser tes couteaux .

Mais jamais ne dis que de ma propre chair, j’ai abandonné un morceau
Que j’ai laissé seule celle que je porte en moi comme je porte mon cœur
Moi qui dans tes bras, trouve à chacune de mes angoisses un berceau
Et sur ta poitrine, l’orgasmique silence des cimetières .

Toi qui de tes sourires orne d’or la lumière
Et qui enferme dans le creux de ses lèvres des vins séculaires
Mon amour fou ! Ô combien tu me donnes la fièvre
Quand par ton simple rire, tu provoques mes extases oculaires .


Comment puis je t’oublier, toi ma sérénade automnale
Toi, ma plus belle valse ! Ma septième symphonie
Et quand bien même je le voudrai, oublierai-je mon amour viscéral
A ton addiction cellulaire, quelqu’un a-t-il déjà fuit ?

Mais au temps qui t’arrachera à moi et qui me niquera le cœur
Aux scènes qui t’éloigneront et aux hommes qui te prendront au loin
J’ai préféré te laisser aller narrer tes joies et tes pleurs
Et t’admirer, cachée, vivre et rendre les coups de poing

Dans ces longues nuits sans toi, je remoule mon être
Et aux lendemains de solitude, je dresse mon cœur
Mais mon cœur mauvais élève et mon être piètre maître
Réclament à s’époumoner tes yeux tout en fureur

Tes cheveux, leurs bouclettes et tes crises de colère
La nonchalance de tes pas et ton cou en Whiskey
Ta logique marginale et toi tout entière
Qui m’anime de déséquilibre et qui me rends Junky

Car tu vois je t’aime comme ça, trop souvent comme il ne faut pas
Mais toujours un peu plus qu’il ne faut
Entre l’amie, la sœur et l’amante, il suffit d’un pas
Et tu es tellement tout que ton absence m’arrachera à ma peau.

Les voyages au bout du monde et l’ivresse barbare
Te tenir par la main suffisait tellement à mon nirvana
Que j’ai peur de ne plus avoir assez de manière et d’art
Pour me réinventer une vie à laquelle tu n’assisterais pas

Dans ce monde à refaire, je voudrais que le temps m’arrête et nous fige
Qu’à mon regard possessif et guetteur, il ne t’enlève jamais
Mais t’aimer c’est aussi te laisser à ce train qui m’afflige
Et continuer seule ce chemin qu’ensemble nous avons baptisé

Mais la culotte jamais baissée et le poing toujours en l’air
L’une pour l’autre et l’une dans l’autre
Nous nous redessinerons des vies et nous réinventerons des repaires
Gloire à nos liens et à mon cœur qui t’adore

Et comme la nuit au jour et l’eau à la mer
La lune à la nuit et les étoiles au ciel
Tout te rendra sans cesse à moi et te gardera dans ma chair
Et mon cou frissonnera encore. Nostalgie de tes baisers de miel.

Et quand j’aurai le mal de toi et dieu combien j’en aurai !
Je m’assiérai par terre et te rejoindrai au fond de mon cœur
Ton visage se redessinera. Exorcisme d’une possédée
Ta voix résonnera et emportera toute ma langueur

Pour les heures où je n’étais pas là et celles où je ne serais plus
Ma petite reine à moi ! Dans ton cœur, regarde à ton tour
Et tu me retrouveras toujours aussi prisonnière de ton odeur et éperdue
De tes petites manies de névrosée et de ton exotisme de troubadour

Tu n’es pas de celles qu’on abandonne et jamais de celles qu’on oublie
Mais plutôt celle qu’on chérit sans limites, jusqu’à l’absurdité
Tu n’es pas celle qu’on laisse, mais celle qu’on aime pour la vie
Et qu’on voudrait garder dans soi durant des éternités

Tu es celle qui adoucit mes hivers et jette sur mes nuits
Un parfum d’infini, l’absolue délivrance !
Celle que j’aime à l’aliénation croquer comme un fruit
Et regarder danser sous le vent jusqu’à l’énivrance

Alors part ma colombe ! Quitte-moi pour d’autres hémisphères
Mais je te garderai sous l’os, dans les lèvres et sur l’épiderme
Que ton cœur m’en soit témoin, le ciel et tous les univers
Ce serait le plus grand blasphème que d’oublier une moitié de soi-même !







_______________________________________________________________________________________________
si c'est à l'abime que mènent tous les chemins , celui de la poésie seul mène à la beauté de l'humain !
avatar
paradis-artificiel
A.O.C.
A.O.C.

Scorpion Dragon
Messages : 120
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 29
Localisation : Mostaganem, Algérie
Humeur : No comment

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Aïda ! ma douce folie

Message par lagaillette le Sam 10 Sep 2011 - 19:45

Très joli. L'une après l'autre, les strophes coulent comme une eau, tantôt claire, tantôt un peu trouble.
Au seuil du paradis artificiel des amantes enfiévrées.

lagaillette
A.O.C.
A.O.C.

Messages : 380
Date d'inscription : 14/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Aïda ! ma douce folie

Message par Myrrha le Sam 10 Sep 2011 - 21:02

Quelle déclaration!
Qui pourrait y être insensible? :flower:

_______________________________________________________________________________________________
le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil
avatar
Myrrha
A.O.C.
A.O.C.

Lion Messages : 7750
Date d'inscription : 26/03/2010
Localisation : là-haut sur mon nuage
Humeur : des étoiles dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Aïda ! ma douce folie

Message par paradis-artificiel le Dim 11 Sep 2011 - 11:00

la déclaration à la hauteur de celle qui me l'a inspirée

_______________________________________________________________________________________________
si c'est à l'abime que mènent tous les chemins , celui de la poésie seul mène à la beauté de l'humain !
avatar
paradis-artificiel
A.O.C.
A.O.C.

Scorpion Dragon
Messages : 120
Date d'inscription : 29/01/2011
Age : 29
Localisation : Mostaganem, Algérie
Humeur : No comment

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Aïda ! ma douce folie

Message par Fugitive le Dim 11 Sep 2011 - 11:30

Toi la fière beauté comment te résister
car tu as cette force, ce désir d'exister
Celle qui dans tes bras viendra se révéler
Aura à tout jamais le bonheur d'être aimée...


Ma chérie comme toujours je suis époustouflée par tes écrits puissants et dévastateurs... Tu as un réel talent et le feu qui coule dans tes veines n'est pas près de s'éteindre, car comment un volcan pourrait il s'endormir si ce n'est pour mieux nous redonner sa chaleur et sa beauté en un temps choisi...Tu es un des merveilleux cadeaux que j'ai reçu cette année au travers de tes poèmes et je t'en remercie...Gros baisers

_______________________________________________________________________________________________


Le peu que je sais c'est à mon ignorance que je le dois...

avatar
Fugitive
Équipe de Gestation
Équipe de Gestation

Vierge Chien
Messages : 5330
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 72
Humeur : chagrine mais pas obstinée...

Voir le profil de l'utilisateur http://lesmauxdelame.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Aïda ! ma douce folie

Message par *Okana* le Mer 14 Sep 2011 - 20:50

Jee suis skotchée par tant de talent pour exprimer tes ressentis. Je me tais car je m'enflamme devant cette mise à nue. Prends bien soin de toi et continue d'écrire. Nicole tendresse.xxxx

_______________________________________________________________________________________________

Un bout de mon cœur pour tous mes amis poètes
avatar
*Okana*
A.O.C.
A.O.C.

Bélier Chien
Messages : 1391
Date d'inscription : 26/06/2009
Age : 72
Localisation : Québec, P.Québec.
Humeur : Joviale, optimiste, amicale.

Voir le profil de l'utilisateur http://okana.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Aïda ! ma douce folie

Message par Stahlder le Mar 20 Sep 2011 - 12:48

Waouh !!!! la passion dévore ton poème et nous fait vibrer à l'unisson !
avatar
Stahlder
A.O.C.
A.O.C.

Messages : 1410
Date d'inscription : 04/02/2011
Humeur : je dis ça, je dis rien...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Aïda ! ma douce folie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum