Google +1
Moteur écolo
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Stahlder

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 69 le Sam 15 Oct - 20:54
Derniers sujets
» La vie...
Aujourd'hui à 1:20 par Stahlder

» Mourir...
Aujourd'hui à 1:11 par Stahlder

» Promesse...
Aujourd'hui à 1:06 par Stahlder

» Coup de foudre
Hier à 16:38 par Peterpiotr

» Mes mains...
Hier à 14:05 par Peterpiotr

» Il vit…
Hier à 9:39 par Fugitive

» Ambicoq d’azur
Hier à 9:35 par Thunderbird

» Rubaiyat métaphysiques
Hier à 9:32 par Thunderbird

» haïku d'hiver
Hier à 9:29 par Thunderbird

» Quelques cornes
Hier à 9:25 par Thunderbird

» Ruines entretenues
Hier à 0:50 par Stahlder

» Ma canne...
Sam 19 Jan - 20:51 par Nomade

»  Lapinot de chez Trondheim
Sam 19 Jan - 20:45 par ibiscus

»  Monseigneur le Chat
Sam 19 Jan - 14:39 par Stahlder

» Nomade...
Sam 19 Jan - 14:34 par Stahlder

» Ca sert à quoi tout ça ?
Sam 19 Jan - 12:52 par Nomade

» Auteurs anonymes
Sam 19 Jan - 12:45 par Nomade

»  Corvusromulus et Remuscorvus
Jeu 17 Jan - 21:23 par Stahlder

»  Oiseau du Précurseur
Mer 16 Jan - 9:12 par Thunderbird

» Lien
Mar 15 Jan - 19:23 par foliebellule

» Je pose mes petits baisers
Mar 15 Jan - 18:57 par ibiscus

»  Marquis picrocholin
Mar 15 Jan - 17:24 par ibiscus

»  Pichets de gueules
Mar 15 Jan - 12:39 par Stahlder

» Poursuites
Lun 14 Jan - 13:39 par ibiscus

» Plutôt que...
Lun 14 Jan - 11:36 par foliebellule

»  Mouche ermite
Lun 14 Jan - 9:11 par ibiscus

» Tout est noir
Dim 13 Jan - 18:24 par modepoete

» Mort, tu n'auras rien
Dim 13 Jan - 13:00 par ibiscus

» De gueules à deux renards d’or
Dim 13 Jan - 12:41 par Stahlder

» Sainte Ambisirène
Dim 13 Jan - 12:17 par Stahlder

» Pour toutes les tailles
Sam 12 Jan - 3:44 par Peterpiotr

» Chat de pourpre
Ven 11 Jan - 19:01 par Thunderbird

» Sortez des nues
Ven 11 Jan - 16:26 par modepoete

»  La nef et l’antinef
Ven 11 Jan - 12:48 par foliebellule

» Quintessence ?
Ven 11 Jan - 12:35 par Stahlder

»  Chaussures du gyrovague
Jeu 10 Jan - 23:56 par ibiscus

» Frères humains ....
Jeu 10 Jan - 19:17 par Thunderbird

» en genre et en nombre fantasques
Jeu 10 Jan - 17:36 par Stahlder

»  Antitortue
Jeu 10 Jan - 17:14 par Stahlder

» Suprématie de quartiers
Jeu 10 Jan - 15:27 par modepoete

» Si tu le veux...
Jeu 10 Jan - 4:55 par Peterpiotr

» Nous cherchuions une rannière
Mer 9 Jan - 15:36 par modepoete

» Remembrance du pavot
Mer 9 Jan - 0:56 par Stahlder

» Le rendez-vous
Mar 8 Jan - 17:56 par Geno l'oiselle

» je te pense
Mar 8 Jan - 15:40 par modepoete

»  Chantecler du bout de l’an
Lun 7 Jan - 22:16 par Stahlder

» Excalibur
Lun 7 Jan - 18:13 par ibiscus

» Oiseleur novice
Lun 7 Jan - 13:07 par Stahlder

»  Instrument de mesure
Lun 7 Jan - 13:03 par Stahlder

»  Lampe à huile d’inframonde
Lun 7 Jan - 13:01 par Stahlder

» Pareil
Ven 4 Jan - 16:21 par modepoete

» ô ma violence
Ven 4 Jan - 9:20 par modepoete

» Motus
Jeu 3 Jan - 16:31 par Peterpiotr

»  L’oie travaille
Jeu 3 Jan - 13:14 par Stahlder

» Soufflé de gourmandises surréalistes
Mer 2 Jan - 20:03 par foliebellule

» Rêverie
Mer 2 Jan - 20:01 par Peterpiotr

» Mes voeux
Mer 2 Jan - 15:40 par modepoete

» Dura lex
Mer 2 Jan - 11:23 par Peterpiotr

» bas relief
Mer 2 Jan - 11:14 par Stahlder

»  Sagesse du bouquetin
Mer 2 Jan - 10:59 par Stahlder

» Songe Bucolique
Mer 2 Jan - 10:20 par ibiscus

» Voeux 2019
Mar 1 Jan - 21:21 par ibiscus

»  Chêne impérial
Lun 31 Déc - 13:54 par foliebellule

» A pleines mains
Lun 31 Déc - 9:04 par Peterpiotr

» Anthropocène
Lun 31 Déc - 8:54 par Thunderbird

»  Pie d’azur
Dim 30 Déc - 9:16 par Thunderbird

»  Astre hexaplanétaire
Ven 28 Déc - 9:48 par Thunderbird

» O matin splendide
Jeu 27 Déc - 15:58 par modepoete

»  Joli taureau de gueules
Jeu 27 Déc - 8:48 par Thunderbird

» C'est noel enfants souriez
Mer 26 Déc - 15:01 par modepoete

» Dragons des points cardinaux
Mer 26 Déc - 12:31 par Stahlder

» Prends ma main
Mer 26 Déc - 11:27 par ibiscus

»  Fleurs d’un monde invraisemblable
Mar 25 Déc - 9:32 par Thunderbird

»  Montagne est inframonde
Lun 24 Déc - 22:26 par Thunderbird

» Hier aujourd'hui Demain
Lun 24 Déc - 20:43 par foliebellule

» Rencontre impossible
Dim 23 Déc - 17:41 par Peterpiotr

» Mon triste mental
Dim 23 Déc - 14:17 par modepoete

» Fruits d’antan
Dim 23 Déc - 14:06 par Stahlder

» Objet Volant Non Identifié
Dim 23 Déc - 13:19 par Peterpiotr

» Descendance
Dim 23 Déc - 8:59 par Geno l'oiselle

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Janvier 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Année du chien de terre

Le rhapsode ivre

Aller en bas

Le rhapsode ivre

Message par Thunderbird le Mar 22 Oct - 13:10



Comme je recherchais une rime impossible,
Je ne me sentis plus guidé dans mon labeur ;
L’hommage éblouissant que j’avais eu pour cible
Se retrouvait tout nu et de pâle couleur.

J’étais insoucieux des césures épiques,
Des sonnets inspirés d’un madrigal anglais ;
Quand mon esprit cessa d’envoyer de ses piques,
Le silence m’a dit tout ce que je voulais.

Dans les griffonnements farouches de la toile,
Moi, l’autre jour, plus fou qu’un sonneur d’olifant,
J’écrivis, et mes vers montaient vers les étoiles,
Quittaient le sol terrestre en Pégases piaffants,

Et j’ai chanté l’amour du monstre maritime,
De la grenouille verte au bord de son étang,
Quand d’un seul coup de foudre ils sont tous deux victimes
Et que l’amour tragique en chacun d’eux s’étend.

Je sais l’archange mou que ronge le délire,
Consommant des alcools aux ignobles parfums
Dont il croit rallumer la flamme de sa lyre
Pour chanter la douceur de son amour défunt.

Puis il déguste aussi l’absinthe d’émeraude,
Car il veut enivrer deux âmes dans son coeur
Celle de l’oiseau-mouche en pleine saison chaude,
Celle de l’ours polaire au temps du froid vainqueur.

Alors, le vieux rhapsode, ainsi doublement ivre,
Avaleur de souffrance et raconteur d’amour
Entretient de ses vers la vision d’une vouivre
Ayant au fond des eaux plus d’un secret parcours.

Il exulte du vaste et fol itinéraire,
Qui ne lui permet point d’instant inattentif,
Le soupir de la muse aux accents littéraires,
L’esprit calculatoire et le coeur inventif.

Assez ! J’ai trop rimé ! J’ai vidé tout mon rêve !
Toute rime est sans force et tout sonnet amer ;
L’encrier me demande (et la plume) une trêve,
Planons avec la mouette au-dessus de la mer !


Dernière édition par Thunderbird le Dim 27 Oct - 14:42, édité 2 fois
avatar
Thunderbird
A.O.C.
A.O.C.

Lion Cheval
Messages : 8918
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 64
Localisation : Quartier Latin
Humeur : paisible

Voir le profil de l'utilisateur http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rhapsode ivre

Message par Myrrha le Mar 22 Oct - 13:40

C'est vraiment très fort!... et très poétique 

_______________________________________________________________________________________________
le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil
avatar
Myrrha
A.O.C.
A.O.C.

Lion Messages : 7781
Date d'inscription : 26/03/2010
Localisation : là-haut sur mon nuage
Humeur : des étoiles dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rhapsode ivre

Message par Thunderbird le Mar 22 Oct - 15:29

En plus de Rimbaud, j'ai suivi Jean Pellerin :


Jean Pellerin a écrit:

Comme je descendais une rue impossible,
Je ne me sentis plus guidé par le chauffeur.
Des grévistes hurleurs le choisissant pour cible
L’écartelaient tout nu sur le seuil d’un coiffeur.

J’étais insoucieux des cargaisons moroses.
Porteur de ronds de cuir, d’un contrôleur hongré,
Je quittai mon chemin comme un vers sort des proses ;
Le volant m’a laissé me ruer à mon gré.

Dans les hululements farouches de la rue,
Moi, l’autre jour, plus fou qu’un cerveau d’éléphant,
Je bondis, et l’avion qui pétarade et rue
N’a pas connu d’envol plus large et triomphant.

Et je me suis saoulé de la ville conquise,
Des vitrines, miroir paré comme un étang,
Du pavé savoureux où, confiture exquise
Et fraîche, un écrasé joyeux parfois s’étend.

Je sais les pastels mous sur les quais en délire,
La poubelle accroupie et brûlant ses parfums.
L’immeuble de carton vibrant comme une lyre
Pleurant à mon galop tous ses rêves défunts.

J’ai suivi librement vos chaînes d’émeraudes,
Baisers phosphorescents, lampadaires à arc,
Peignoirs éclos d’amour devant les maisons chaudes,
Somnolence viride et revêche du parc.

Et moi, l’autobus G, au vilebrequin ivre,
Avaleur de refuge et peigneur de trolleys,
Plus affamé d’essence et d’azur qu’une guivre,
Raclant mes garde-boue au ventre des palais,

Je regrette le calme et morne itinéraire,
Le wattman orgueilleux, au signe inattentif,
La voix du quémandeur hargneux de numéraire,
L’arrêt obligatoire et le facultatif.

Assez ! J’ai trop chauffé ! J’ai vidé tout mon rêve !
Le macadam est fade et sent le galipot.
Que fondent mes segments, que mon réservoir crève,
Que s’évade une roue et que j’aille au Dépôt !

avatar
Thunderbird
A.O.C.
A.O.C.

Lion Cheval
Messages : 8918
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 64
Localisation : Quartier Latin
Humeur : paisible

Voir le profil de l'utilisateur http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rhapsode ivre

Message par Myrrha le Dim 27 Oct - 13:51

Bon, ça y est, j'ai tenté une version personnelle (mais je n'ai pas eu le courage de la faire aussi longue que celle de Rimbaud.

_______________________________________________________________________________________________
le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil
avatar
Myrrha
A.O.C.
A.O.C.

Lion Messages : 7781
Date d'inscription : 26/03/2010
Localisation : là-haut sur mon nuage
Humeur : des étoiles dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le rhapsode ivre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum