Google +1
Moteur écolo
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 69 le Sam 15 Oct 2016 - 22:54
Derniers sujets
» Absolu...
Hier à 18:38 par ibiscus

» Palais désert
Hier à 12:11 par Thunderbird

» Rubaiyat métaphysiques
Hier à 10:50 par Thunderbird

» octobre,novembre,décembre(automne)
Hier à 9:46 par Thunderbird

» Le seigneur Bunnybird
Dim 22 Oct 2017 - 12:25 par Thunderbird

» Dame vêtue d’azur
Sam 21 Oct 2017 - 12:13 par Thunderbird

» Étoile de Hastings
Ven 20 Oct 2017 - 12:21 par Thunderbird

» Ambilion de Prusse
Jeu 19 Oct 2017 - 12:24 par Thunderbird

» Matins fou...
Mer 18 Oct 2017 - 23:28 par ibiscus

» Transfiguration d’un petit lézard
Mer 18 Oct 2017 - 12:26 par Thunderbird

» SAGESSE
Mar 17 Oct 2017 - 20:51 par manou

» Chimère de sable
Mar 17 Oct 2017 - 12:22 par Thunderbird

» Ambicoq-hirondelle
Lun 16 Oct 2017 - 12:19 par Thunderbird

» Mon coeur en bandoulière
Dim 15 Oct 2017 - 21:46 par THOMAS

» J’ENTENDS LA MER
Dim 15 Oct 2017 - 21:03 par manou

» Belette surnaturelle
Dim 15 Oct 2017 - 12:46 par Thunderbird

» Âne à chroniques
Sam 14 Oct 2017 - 12:32 par Thunderbird

» Hommage à Liliana Negoi
Ven 13 Oct 2017 - 12:57 par Thunderbird

» Nef des vendeurs de minotaures
Jeu 12 Oct 2017 - 10:23 par Thunderbird

» L’oie de la nutrition
Mer 11 Oct 2017 - 12:50 par Thunderbird

» Douceur éléphantine
Mar 10 Oct 2017 - 15:59 par Thunderbird

» Ô sagesse
Lun 9 Oct 2017 - 13:39 par modepoete

» Ambipiaf de gueules
Lun 9 Oct 2017 - 12:27 par Thunderbird

» Hanaé douce inspiration
Dim 8 Oct 2017 - 18:47 par modepoete

» Blason lunaire du coq de sable
Dim 8 Oct 2017 - 13:20 par Thunderbird

» Le miroir du temps
Sam 7 Oct 2017 - 20:51 par foliebellule

» Le soir me confia
Sam 7 Oct 2017 - 17:52 par modepoete

» Monseigneur le Dauphin
Sam 7 Oct 2017 - 12:00 par Thunderbird

» L'horizon d'un destin
Ven 6 Oct 2017 - 22:49 par modepoete

» Moulin fatidique
Ven 6 Oct 2017 - 12:54 par Thunderbird

» Sapience de Bouddha
Jeu 5 Oct 2017 - 17:49 par Thunderbird

» Ton image
Jeu 5 Oct 2017 - 13:44 par modepoete

» Ces rails assassins
Jeu 5 Oct 2017 - 10:50 par THOMAS

» Ouvrir la cage...
Jeu 5 Oct 2017 - 10:42 par THOMAS

» Amour quand tu nous tiens
Jeu 5 Oct 2017 - 10:06 par Fugitive

» Gaïneko Etxea. ..
Jeu 5 Oct 2017 - 10:03 par Fugitive

» Nuage de vie
Mer 4 Oct 2017 - 17:37 par modepoete

» Vigne prodigieuse
Mer 4 Oct 2017 - 12:10 par Thunderbird

» Le rapide
Mar 3 Oct 2017 - 22:20 par modepoete

» Gardien de sinople
Mar 3 Oct 2017 - 12:20 par Thunderbird

» Elle là, lui ici
Lun 2 Oct 2017 - 15:33 par modepoete

» Les déserts
Lun 2 Oct 2017 - 13:35 par l'iconoclaste

» ENSEMENSEMENT
Lun 2 Oct 2017 - 13:31 par l'iconoclaste

» Splendeur de Maître Coq
Lun 2 Oct 2017 - 12:29 par Thunderbird

» Quatre récits
Lun 2 Oct 2017 - 10:35 par kajak

» Héron de Gironde
Lun 2 Oct 2017 - 10:22 par kajak

» J'ai demandé à la lune
Lun 2 Oct 2017 - 10:10 par kajak

» Nr cherchez pas le bonheur
Dim 1 Oct 2017 - 15:21 par modepoete

» Lions de Charlemagne
Dim 1 Oct 2017 - 11:40 par Thunderbird

» L'éternité ne dure qu'un instant
Ven 29 Sep 2017 - 14:13 par foliebellule

» Sagesse d’une coquille
Jeu 28 Sep 2017 - 10:10 par Thunderbird

» Les sirènes hurlant le chant des alizés
Mer 27 Sep 2017 - 14:32 par THOMAS

» Biche magique
Mer 27 Sep 2017 - 12:27 par Thunderbird

» L’oiseau de septembre
Mar 26 Sep 2017 - 12:20 par Thunderbird

» Sagesse d’une orchidée
Lun 25 Sep 2017 - 20:39 par manou

» Des milliers de baisers
Lun 25 Sep 2017 - 20:34 par manou

» Ô peuple aimons -nous
Lun 25 Sep 2017 - 16:51 par modepoete

» Drac de sable
Lun 25 Sep 2017 - 12:55 par Thunderbird

» La folie d'aimer
Dim 24 Sep 2017 - 23:03 par modepoete

» Le bonheur d'éaimer
Dim 24 Sep 2017 - 18:18 par modepoete

» Nef précaire
Dim 24 Sep 2017 - 13:19 par Thunderbird

» Il me laissa là
Sam 23 Sep 2017 - 18:10 par modepoete

» Grand basilic d’or
Sam 23 Sep 2017 - 12:30 par Thunderbird

» Apothicaire alchimiste
Ven 22 Sep 2017 - 12:25 par Thunderbird

» On impose à des bras
Ven 22 Sep 2017 - 11:28 par THOMAS

» Juillet, août, septembre
Jeu 21 Sep 2017 - 9:47 par Thunderbird

» Lendemain défaîte
Mer 20 Sep 2017 - 17:26 par Myrrha

» VERTS YANKEES
Mer 20 Sep 2017 - 16:45 par l'iconoclaste

» Ma fièvre
Mer 20 Sep 2017 - 13:23 par modepoete

» Oiseaux de fin du monde
Mer 20 Sep 2017 - 12:26 par Thunderbird

» Sentiments passants
Mar 19 Sep 2017 - 12:57 par modepoete

» Jeu de l’oie
Mar 19 Sep 2017 - 12:08 par Thunderbird

» Son langage
Lun 18 Sep 2017 - 22:10 par modepoete

» aprés......
Lun 18 Sep 2017 - 15:09 par Myrrha

» Papillon de septembre
Lun 18 Sep 2017 - 12:31 par Thunderbird

» 1891-1942
Dim 17 Sep 2017 - 12:36 par Thunderbird

» Diable ovin
Dim 17 Sep 2017 - 9:15 par ibiscus

» En robe de dune
Dim 17 Sep 2017 - 6:35 par THOMAS

» Souvenirs d'un infirmier
Sam 16 Sep 2017 - 20:21 par THOMAS

» Monstrecerf de gueules
Sam 16 Sep 2017 - 15:24 par foliebellule

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Mots-clés

poésie  vacances  pays  

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Année du coq de feu

Chandelle verte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chandelle verte

Message par Thunderbird le Dim 19 Jan 2014 - 11:12



C’est un jeune marin qui chante pour les filles,
Heureux dans cet amour qu’on fait en raccourci ;
Amour auquel ne manque, hélas, ni le souci
Ni la joie des unions dont l’éternité brille.

Dès l’arrivée au port, les marins s’éparpillent
Et vont vers un sourire, un joli corps, aussi ;
Le bonheur et la peine ensemble, c’est ainsi,
La trace d’une larme aux yeux qui s’écarquillent.

Ensemble soupirant, le mataf et sa belle
Voient, sur la cheminée, mourir une chandelle
Et savent que mourront, de même, leurs amours.

Reviens plus tard au port, autre sera ta femme ;
Tu sais qu’il ne faut point compter ça pour un drame,
Et qu’ardeurs de marins ne sont point pour toujours.


Dernière édition par Thunderbird le Lun 20 Jan 2014 - 13:22, édité 1 fois
avatar
Thunderbird
A.O.C.
A.O.C.

Lion Cheval
Messages : 7368
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 63
Localisation : Quartier Latin
Humeur : paisible

Voir le profil de l'utilisateur http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chandelle verte

Message par manou le Dim 19 Jan 2014 - 17:07

les amours éphémères,
se noient dans l'eau de mer !!!
avatar
manou
A.O.C.
A.O.C.

Balance Messages : 655
Date d'inscription : 01/09/2012
Localisation : 29
Humeur : PENSIVE

Voir le profil de l'utilisateur http://http//:www.manuele-lenoir.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chandelle verte

Message par Myrrha le Lun 20 Jan 2014 - 9:40

Triste est la chanson du marin!
Bravo pour l'acrostiche !

_______________________________________________________________________________________________
le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil
avatar
Myrrha
A.O.C.
A.O.C.

Lion Messages : 7682
Date d'inscription : 26/03/2010
Localisation : là-haut sur mon nuage
Humeur : des étoiles dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chandelle verte

Message par Thunderbird le Lun 20 Jan 2014 - 10:06

Le point de départ :

Paul Fort a écrit:


on les r'trouve en raccourci
dans nos p'tites amours d'un jour
toutes les joies tous les soucis
des amours qui durent toujours

c'est là l'sort de la marine
et de toutes nos p'tites chéries
on accoste vite un bec
pour nos baisers l'corps avec

et les joies et les bouderies
les fâcheries les bons retours
il y a tout en raccourci
des grands amours dans nos petits

tout c'qu'on fait dans un seul jour
et comme on allonge le temps
plus d'trois fois dans un seul jour
content pas content content

on a ri on s'est baisé
sur les nenoeils les nénés
dans les ch'veux à pleins bécots
pondus comme des œufs tout chauds

on s'en est allé le matin
souffler les chandelles des prés
ça fatigue une catin
ça n'y est pas habitué

on s'est relevé des bleuets
les joues rouges et l'cœur en joie
et l'on est retourné chez soi
après un si grand bonheur

peu à peu le cœur en peine
on s'en est retourné chez elle
en effeuillant sur les blés
une grande marguerite jaune

la mer ah elle est là-bas
qui respire sur les épis
et mon bateau que j'y vois
se balance sur les épis

on arrive avant d'entrer
on se regarde les bras ronds
ça m'fait clic au fond de mon fond
elle sort sa petite clef

le jour tombe on reste là
on s'met au lit c'est meilleur
on s'relève pour faire pipi
dans le joli pot à fleurs

on allume la chandelle
on s'montre dans toute sa beauté
vite on s'recouche on s'relève
on s'étire c'est l'été

y'a dans la chambre une odeur
d'amour tendre et de goudron
ça vous met la joie au cœur
la peine aussi et c'est bon

et l'on garde la chandelle
pour mieux s'voir et s'admirer
on se jure d'être fidèle
on s'écoute soupirer

et tout à coup v'la qu'on pleure
sans savoir pourquoi mon dieu
et qu'on veut s'tuer tous les deux
et qu'on s'ravise cœur à cœur

alors on s'dit toute sa vie
ça nous intéresse bien peu
mais ça n'fait rien on s'la dit
et l'on croit qu'on s'comprend mieux

on s'découvre des qualités
on s'connaît on s'plaint et puis
demain comme il faut s'quitter
on n'dit plus rien de toute la nuit

c'est là l'sort de la marine
et de toutes nos petites chéries
on s'accoste mais on devine
que ça s'ra pas l'paradis

on n'est pas là pour causer
mais on pense même dans l'amour
on pense qu'demain y f'ra jour
et qu' c'est une calamité

on aura beau s'dépêcher
faire bon dieu! la pige au temps
et l' bourrer de tous nos péchés
ça s'ra pas ça et pourtant

toutes les joies tous les soucis
des amours qui durent toujours
on les r'trouve en raccourci
dans nos petites amours d'un jour

mais la nuit se continue
elle ronfle la petite poupée
plus doucement sur son bras nu
qu'une souris dans du blé

alors quoi faut-y pas se plaindre
ah faut-y pas bougonner
de voir la chandelle s'éteindre
en fondant sur la ch'minée

on r'garde au mur quelque chose
qui grimpe jusqu'au plafond
ah saleté c'est gris c'est rose
v'la le jour rose comme un cochon

on pleure contre l'oreiller
y'en avait qu'un pour nous deux
ça suffit on se lève adieu
on part sans la réveiller

mais c'qui est le plus triste au fond
ç'est que pour nous qui naviguent
les regrets sont aussi longs
des petits amours que des grands

et l'on s'demande malheureux
quand on voulait se tuer tous les deux
rester là s'éterniser
pourquoi qu'on s'est ravisé

avatar
Thunderbird
A.O.C.
A.O.C.

Lion Cheval
Messages : 7368
Date d'inscription : 17/03/2010
Age : 63
Localisation : Quartier Latin
Humeur : paisible

Voir le profil de l'utilisateur http://paysdepoesie.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum