Google +1
Moteur écolo
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 69 le Sam 15 Oct 2016 - 22:54
Derniers sujets
» L’oiseau de septembre
Aujourd'hui à 12:20 par Thunderbird

» Rubaiyat métaphysiques
Aujourd'hui à 10:46 par Thunderbird

» octobre,novembre,décembre(automne)
Aujourd'hui à 9:46 par Thunderbird

» Les sirènes hurlant le chant des alizés
Aujourd'hui à 7:55 par THOMAS

» Sagesse d’une orchidée
Hier à 20:39 par manou

» Des milliers de baisers
Hier à 20:34 par manou

» Ô peuple aimons -nous
Hier à 16:51 par modepoete

» Drac de sable
Hier à 12:55 par Thunderbird

» La folie d'aimer
Dim 24 Sep 2017 - 23:03 par modepoete

» Les déserts
Dim 24 Sep 2017 - 21:47 par l'iconoclaste

» Le bonheur d'éaimer
Dim 24 Sep 2017 - 18:18 par modepoete

» Nef précaire
Dim 24 Sep 2017 - 13:19 par Thunderbird

» Il me laissa là
Sam 23 Sep 2017 - 18:10 par modepoete

» Grand basilic d’or
Sam 23 Sep 2017 - 12:30 par Thunderbird

» Apothicaire alchimiste
Ven 22 Sep 2017 - 12:25 par Thunderbird

» On impose à des bras
Ven 22 Sep 2017 - 11:28 par THOMAS

» Juillet, août, septembre
Jeu 21 Sep 2017 - 9:47 par Thunderbird

» Lendemain défaîte
Mer 20 Sep 2017 - 17:26 par Myrrha

» VERTS YANKEES
Mer 20 Sep 2017 - 16:45 par l'iconoclaste

» Ma fièvre
Mer 20 Sep 2017 - 13:23 par modepoete

» Oiseaux de fin du monde
Mer 20 Sep 2017 - 12:26 par Thunderbird

» Sentiments passants
Mar 19 Sep 2017 - 12:57 par modepoete

» Jeu de l’oie
Mar 19 Sep 2017 - 12:08 par Thunderbird

» Son langage
Lun 18 Sep 2017 - 22:10 par modepoete

» aprés......
Lun 18 Sep 2017 - 15:09 par Myrrha

» Papillon de septembre
Lun 18 Sep 2017 - 12:31 par Thunderbird

» 1891-1942
Dim 17 Sep 2017 - 12:36 par Thunderbird

» Diable ovin
Dim 17 Sep 2017 - 9:15 par ibiscus

» En robe de dune
Dim 17 Sep 2017 - 6:35 par THOMAS

» Souvenirs d'un infirmier
Sam 16 Sep 2017 - 20:21 par THOMAS

» Monstrecerf de gueules
Sam 16 Sep 2017 - 15:24 par foliebellule

» Avide de voyages
Ven 15 Sep 2017 - 23:06 par modepoete

» Goupil de sable
Ven 15 Sep 2017 - 11:25 par Thunderbird

» Raisins au jardin du renard
Jeu 14 Sep 2017 - 10:08 par Thunderbird

» Amour quand tu nous tiens
Mer 13 Sep 2017 - 22:41 par ibiscus

» Paternel hippocampe
Mer 13 Sep 2017 - 21:51 par ibiscus

» Loup-barde
Mer 13 Sep 2017 - 12:21 par Thunderbird

» Femme libre...
Mer 13 Sep 2017 - 11:09 par Myrrha

» Suivre le bien
Mar 12 Sep 2017 - 17:02 par modepoete

» Ma désespérance. ..
Mar 12 Sep 2017 - 11:47 par Fugitive

» Au bout de la Jetée
Lun 11 Sep 2017 - 22:18 par THOMAS

» Love...
Lun 11 Sep 2017 - 16:48 par Fugitive

» La vie...
Lun 11 Sep 2017 - 16:46 par Fugitive

» Abécédaire amoureux...
Lun 11 Sep 2017 - 16:43 par Fugitive

» la vitrine
Lun 11 Sep 2017 - 15:58 par l'iconoclaste

» haïku d'hiver
Lun 11 Sep 2017 - 15:16 par THOMAS

» Un brin au vent
Lun 11 Sep 2017 - 15:14 par THOMAS

» Infinitésimaux
Lun 11 Sep 2017 - 15:10 par THOMAS

» Humain r'eprends-toiu
Lun 11 Sep 2017 - 14:29 par modepoete

» fantaisie
Lun 11 Sep 2017 - 10:32 par Myrrha

» Je suis...
Lun 11 Sep 2017 - 10:15 par Myrrha

» Partance...
Lun 11 Sep 2017 - 10:01 par Myrrha

» Monarque aquatique
Lun 11 Sep 2017 - 9:57 par Myrrha

» Baron loup d’azur
Lun 11 Sep 2017 - 9:48 par Myrrha

» M'aimes-tu?
Dim 10 Sep 2017 - 16:12 par modepoete

» Baronne Sirène
Dim 10 Sep 2017 - 8:37 par ibiscus

» Notere bonheur
Ven 8 Sep 2017 - 16:06 par modepoete

» J'aimerais tant t'aimer
Ven 8 Sep 2017 - 14:13 par manou

» Minou-chat
Ven 8 Sep 2017 - 10:15 par THOMAS

» Douce caresse...
Ven 8 Sep 2017 - 9:56 par Myrrha

» Seigneur Triton Volant
Ven 8 Sep 2017 - 9:36 par Myrrha

» départ
Ven 8 Sep 2017 - 9:34 par Myrrha

» Nous perdre dans votre bonheur
Jeu 7 Sep 2017 - 18:14 par modepoete

» Et si...
Mer 6 Sep 2017 - 23:34 par ibiscus

» Ma vie sera ta félicité
Mer 6 Sep 2017 - 23:25 par ibiscus

» Chut…j’ai une maîtresse
Mer 6 Sep 2017 - 22:24 par THOMAS

» C'était écrit
Mer 6 Sep 2017 - 21:41 par Fugitive

» Etre nous en nous
Mer 6 Sep 2017 - 18:03 par modepoete

» Noble chimère d’azur
Mer 6 Sep 2017 - 12:24 par Thunderbird

» nous voici arbres secs
Mer 6 Sep 2017 - 12:23 par l'iconoclaste

» j'aime t'aimer
Mer 6 Sep 2017 - 12:22 par l'iconoclaste

» Douce nostalgie...
Mer 6 Sep 2017 - 10:49 par Fugitive

» L’amante ou l’histoire d’une victime consentante
Mar 5 Sep 2017 - 22:26 par THOMAS

» Partir en campagne
Mar 5 Sep 2017 - 22:17 par THOMAS

» la politique n'estr pas l'amie du pauvre
Mar 5 Sep 2017 - 17:40 par modepoete

» Écaillant la lagune.....
Mar 5 Sep 2017 - 16:57 par kajak

» Sagesse ducale
Mar 5 Sep 2017 - 16:39 par kajak

» Jeunesse éternité. ..
Mar 5 Sep 2017 - 16:34 par kajak

» Ronde table de sinople
Lun 4 Sep 2017 - 12:25 par Thunderbird

» Région de verts daims
Lun 4 Sep 2017 - 12:03 par THOMAS

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Mots-clés

poésie  vacances  pays  

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Année du coq de feu

absurdités d’été

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

absurdités d’été

Message par prunelles le Dim 26 Oct 2014 - 22:23

« J’ai le cœur évidé, comme si tout avait été aspiré par des sables mouvants. Il bat encore, pourtant. Dit Justine.

- Le mien arrive difficilement à s’imaginer un néant, dit Justin. Il y aspire, pourtant.

- Ce qui m’entoure est sans saveur, dit Justine. Je ne distingue aucune couleur. La douleur a le même goût que les rosés des prés.

- Il n’est pourtant pas très loin, dit Justin. Je le sens et quand je veux l’attraper mon existence prend le dessus.

- Ainsi je ne me noierai plus, dit Justine.

- Il s’agrippe au dos du rideau, dit Justin. Le rideau est trop souple. Je ne peux le saisir.

- Je sais que je suis ridicule mais seulement à des yeux autres que les miens et le monde ne m’intéresse plus. Je n’arrive pas à remplir cette absence ni de joie ni de peine ni de rien. Pourtant je m’efforce, dit Justine. Il faut dire que je ne sais plus très bien …

- De toute façon si j’arrivais à le coincer comment séparer le recto du verso. Dit Justin.

-… À quoi cela me servirait-il, dit Justine.

- Ils sont tellement imbriqués l’un dans l’autre. Dit Justin.

- Quand l’intérieur est mort, il faut jeter la branche. Dit Justine.

- Pourquoi cela résiste-t-il autant, dit Justin. C’est aussi dur qu’un caoutchouc.

- Pourquoi l’issue nous est-elle refusée, dit Justine. La lueur est pourtant bien visible, d’ici.

- Je voudrais tellement le connaître à jamais à toujours à m’en fiche. Dit Justin.

- Il faut jeter la branche, dit Justine. Elle est vide, maintenant. Ce n’est donc pas un crime. Pourquoi ce temps et cet espace rôdeurs. Qui m’y a enfermé.

- Pourquoi ce petit quelque chose qui fait que je ne peux le concevoir tout entier. Dit Justin.

- Le néant ne peut donner naissance. Il n’a donc pas été invité. Dit Justine

- Il faut attendre. Est-ce que la vie est de nature à faire des sentiments. Elle n’est que souveraine. Dit Justin.

Les jumeaux ne purent voir le présent : il se présentait de travers. La distorsion qui les avait traversés les avait trop décalés et leurs pieds ne tenaient plus tout à fait au sol. Le réel était un tout petit peu décollé. Cela suffisait. Ils attendirent donc, résignés.

" />
DALI Cygnes reflétant des éléphants

texte de référence :
« Il ne faut pas confondre néant et vide qui sont deux notions différentes. La seconde est relative à la notion d’espace (le vide s’inscrit dans un espace), elle-même incompatible avec la notion de néant (au sens de rien absolu, mais le rien étymologiquement est quelque chose, on peut donc conclure que le néant ne peut se résoudre à la simple idée du rien absolu)[réf. nécessaire].
Le néant n’est pas le vide et réciproquement.
Le vide est l’absence de matière dans un espace défini. Le néant étant l’absence d’existence, la conception même d’espace devient obsolète. (E.g. Avec une pompe à vide, vous pouvez retirer la matière (y compris l’air) d’un bocal. Le vide décrira alors cette absence. Le néant étant à l’existence ce qu’est le vide à la matière, il faudrait que l’espace même que « contient » le bocal n’existe pas, il serait donc impossible au bocal d’exister.)
Le seul phénomène physique qui se rapproche peut-être de ce concept est le trou noir, puisque ce dernier provoque des distorsions sur la structure même de l’espace-temps. »
la suite ici :  http://fr.wikipedia.org/wiki/Néant

_______________________________________________________________________________________________
" Il y a un lieu en moi où je vis toute seule. C'est là que se renouvellent les sources qui ne se tarissent jamais." Pearl Buck
avatar
prunelles
Erectus
Erectus

Poissons Singe
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2014
Age : 61
Localisation : rue du bonheur
Humeur : « Un mot n'est pas la chose, mais un éclair à la lueur duquel on l'aperçoit. » DENIS DIDEROT

Voir le profil de l'utilisateur http://chezprunelles.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: absurdités d’été

Message par Fugitive le Lun 27 Oct 2014 - 10:58

Le vide est impalpable tout comme les sentiments et pourtant on comble l'un et on éprouve les autres... C'est ce qui fait la vie avec ses méandres et ses faux méplats... On voit serpenter notre destin et on suit le fil de la rivière en évitant les écueils et en aspirant à une oasis de bonheur...
J'aime ton cheminement ....

_______________________________________________________________________________________________


Le peu que je sais c'est à mon ignorance que je le dois...

avatar
Fugitive
Équipe de Gestation
Équipe de Gestation

Vierge Chien
Messages : 5247
Date d'inscription : 20/06/2009
Age : 71
Humeur : chagrine mais pas obstinée...

Voir le profil de l'utilisateur http://lesmauxdelame.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: absurdités d’été

Message par Myrrha le Lun 27 Oct 2014 - 17:00

Moi qui ai lu (il y a bien longtemps) l'être et le néant, j'avoue que c'était beaucoup moins drôle !
Le néant, finalement, qu'est-ce que c'est ? l'absence? alors ce n'est pas rien !
Qui dit que c'est trois fois rien ? ou moins que rien ? Pour ça, il faudrait que rien soit quelque chose, et si rien est quelque chose, le néant devient palpable...
J'aime bien l'idée. Je toucherais du doigt le néant pour savoir s'il est dur ou mou, solide ou liquide, et selon, je me coucherais sur (ou dans) le néant...
Histoire de prouver qu'il existe !

_______________________________________________________________________________________________
le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil
avatar
Myrrha
A.O.C.
A.O.C.

Lion Messages : 7682
Date d'inscription : 26/03/2010
Localisation : là-haut sur mon nuage
Humeur : des étoiles dans les yeux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: absurdités d’été

Message par prunelles le Lun 27 Oct 2014 - 18:00

Bonjour les filles,

à Fugitive : oui c'est un peu  ( beaucoup ? ) ce que j'ai voulu essayer de décrire. Tes encouragements me ... ravigotent.

à Myrrha : bien sûr ! Car c'était au programme et nous étions bien jeunes ...
Toucher avec les sens ce que l'intellect nous raconte ...
Merci à toutes deux, bonne soirée.
avatar
prunelles
Erectus
Erectus

Poissons Singe
Messages : 25
Date d'inscription : 23/10/2014
Age : 61
Localisation : rue du bonheur
Humeur : « Un mot n'est pas la chose, mais un éclair à la lueur duquel on l'aperçoit. » DENIS DIDEROT

Voir le profil de l'utilisateur http://chezprunelles.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum