Google +1
Moteur écolo
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 69 le Sam 15 Oct 2016 - 22:54
Derniers sujets
» Absolu...
Aujourd'hui à 15:30 par Fugitive

» Étoile de Hastings
Aujourd'hui à 12:21 par Thunderbird

» Rubaiyat métaphysiques
Aujourd'hui à 11:33 par Thunderbird

» octobre,novembre,décembre(automne)
Aujourd'hui à 10:27 par Thunderbird

» Ambilion de Prusse
Hier à 12:24 par Thunderbird

» Matins fou...
Mer 18 Oct 2017 - 23:28 par ibiscus

» Transfiguration d’un petit lézard
Mer 18 Oct 2017 - 12:26 par Thunderbird

» SAGESSE
Mar 17 Oct 2017 - 20:51 par manou

» Chimère de sable
Mar 17 Oct 2017 - 12:22 par Thunderbird

» Ambicoq-hirondelle
Lun 16 Oct 2017 - 12:19 par Thunderbird

» Mon coeur en bandoulière
Dim 15 Oct 2017 - 21:46 par THOMAS

» J’ENTENDS LA MER
Dim 15 Oct 2017 - 21:03 par manou

» Belette surnaturelle
Dim 15 Oct 2017 - 12:46 par Thunderbird

» Âne à chroniques
Sam 14 Oct 2017 - 12:32 par Thunderbird

» Hommage à Liliana Negoi
Ven 13 Oct 2017 - 12:57 par Thunderbird

» Nef des vendeurs de minotaures
Jeu 12 Oct 2017 - 10:23 par Thunderbird

» L’oie de la nutrition
Mer 11 Oct 2017 - 12:50 par Thunderbird

» Douceur éléphantine
Mar 10 Oct 2017 - 15:59 par Thunderbird

» Ô sagesse
Lun 9 Oct 2017 - 13:39 par modepoete

» Ambipiaf de gueules
Lun 9 Oct 2017 - 12:27 par Thunderbird

» Hanaé douce inspiration
Dim 8 Oct 2017 - 18:47 par modepoete

» Blason lunaire du coq de sable
Dim 8 Oct 2017 - 13:20 par Thunderbird

» Le miroir du temps
Sam 7 Oct 2017 - 20:51 par foliebellule

» Le soir me confia
Sam 7 Oct 2017 - 17:52 par modepoete

» Monseigneur le Dauphin
Sam 7 Oct 2017 - 12:00 par Thunderbird

» L'horizon d'un destin
Ven 6 Oct 2017 - 22:49 par modepoete

» Moulin fatidique
Ven 6 Oct 2017 - 12:54 par Thunderbird

» Sapience de Bouddha
Jeu 5 Oct 2017 - 17:49 par Thunderbird

» Ton image
Jeu 5 Oct 2017 - 13:44 par modepoete

» Ces rails assassins
Jeu 5 Oct 2017 - 10:50 par THOMAS

» Ouvrir la cage...
Jeu 5 Oct 2017 - 10:42 par THOMAS

» Amour quand tu nous tiens
Jeu 5 Oct 2017 - 10:06 par Fugitive

» Gaïneko Etxea. ..
Jeu 5 Oct 2017 - 10:03 par Fugitive

» Nuage de vie
Mer 4 Oct 2017 - 17:37 par modepoete

» Vigne prodigieuse
Mer 4 Oct 2017 - 12:10 par Thunderbird

» Le rapide
Mar 3 Oct 2017 - 22:20 par modepoete

» Gardien de sinople
Mar 3 Oct 2017 - 12:20 par Thunderbird

» Elle là, lui ici
Lun 2 Oct 2017 - 15:33 par modepoete

» Les déserts
Lun 2 Oct 2017 - 13:35 par l'iconoclaste

» ENSEMENSEMENT
Lun 2 Oct 2017 - 13:31 par l'iconoclaste

» Splendeur de Maître Coq
Lun 2 Oct 2017 - 12:29 par Thunderbird

» Quatre récits
Lun 2 Oct 2017 - 10:35 par kajak

» Héron de Gironde
Lun 2 Oct 2017 - 10:22 par kajak

» J'ai demandé à la lune
Lun 2 Oct 2017 - 10:10 par kajak

» Nr cherchez pas le bonheur
Dim 1 Oct 2017 - 15:21 par modepoete

» Lions de Charlemagne
Dim 1 Oct 2017 - 11:40 par Thunderbird

» L'éternité ne dure qu'un instant
Ven 29 Sep 2017 - 14:13 par foliebellule

» Sagesse d’une coquille
Jeu 28 Sep 2017 - 10:10 par Thunderbird

» Les sirènes hurlant le chant des alizés
Mer 27 Sep 2017 - 14:32 par THOMAS

» Biche magique
Mer 27 Sep 2017 - 12:27 par Thunderbird

» L’oiseau de septembre
Mar 26 Sep 2017 - 12:20 par Thunderbird

» Sagesse d’une orchidée
Lun 25 Sep 2017 - 20:39 par manou

» Des milliers de baisers
Lun 25 Sep 2017 - 20:34 par manou

» Ô peuple aimons -nous
Lun 25 Sep 2017 - 16:51 par modepoete

» Drac de sable
Lun 25 Sep 2017 - 12:55 par Thunderbird

» La folie d'aimer
Dim 24 Sep 2017 - 23:03 par modepoete

» Le bonheur d'éaimer
Dim 24 Sep 2017 - 18:18 par modepoete

» Nef précaire
Dim 24 Sep 2017 - 13:19 par Thunderbird

» Il me laissa là
Sam 23 Sep 2017 - 18:10 par modepoete

» Grand basilic d’or
Sam 23 Sep 2017 - 12:30 par Thunderbird

» Apothicaire alchimiste
Ven 22 Sep 2017 - 12:25 par Thunderbird

» On impose à des bras
Ven 22 Sep 2017 - 11:28 par THOMAS

» Juillet, août, septembre
Jeu 21 Sep 2017 - 9:47 par Thunderbird

» Lendemain défaîte
Mer 20 Sep 2017 - 17:26 par Myrrha

» VERTS YANKEES
Mer 20 Sep 2017 - 16:45 par l'iconoclaste

» Ma fièvre
Mer 20 Sep 2017 - 13:23 par modepoete

» Oiseaux de fin du monde
Mer 20 Sep 2017 - 12:26 par Thunderbird

» Sentiments passants
Mar 19 Sep 2017 - 12:57 par modepoete

» Jeu de l’oie
Mar 19 Sep 2017 - 12:08 par Thunderbird

» Son langage
Lun 18 Sep 2017 - 22:10 par modepoete

» aprés......
Lun 18 Sep 2017 - 15:09 par Myrrha

» Papillon de septembre
Lun 18 Sep 2017 - 12:31 par Thunderbird

» 1891-1942
Dim 17 Sep 2017 - 12:36 par Thunderbird

» Diable ovin
Dim 17 Sep 2017 - 9:15 par ibiscus

» En robe de dune
Dim 17 Sep 2017 - 6:35 par THOMAS

» Souvenirs d'un infirmier
Sam 16 Sep 2017 - 20:21 par THOMAS

» Monstrecerf de gueules
Sam 16 Sep 2017 - 15:24 par foliebellule

» Avide de voyages
Ven 15 Sep 2017 - 23:06 par modepoete

» Goupil de sable
Ven 15 Sep 2017 - 11:25 par Thunderbird

» Raisins au jardin du renard
Jeu 14 Sep 2017 - 10:08 par Thunderbird

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Mots-clés

vacances  pays  poésie  

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Année du coq de feu

Elle s'appelait Zoé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elle s'appelait Zoé

Message par JUANITO le Dim 6 Nov 2016 - 7:40

Je vais vous raconter l’histoire de Zoé qui n’a que douze ans et depuis toujours est inexistante aux yeux de ses parents, son existence est tolérée pour toucher les aides au logements, sa mère ne la calcule pas et son père traine tard dans les bars, il n’a d’yeux pour elle que quand il rentre et l’abat du regard, pour une raison ou pour une autre elle lui sert de défouloir, mais les coups ne sont rien elle en a déjà tellement reçu, son corps est si habitué que la douleur ne se ressent même plus, à l’école elle est le centre de toutes les moqueries, et le pire c’est que ses professeurs s’y donnent à cœur joie aussi, elle n’a jamais ressenti aucun amour dans sa vie, aussi son père bourré vient la voir de temps à autre dans son lit, elle doit encaisser ses mains sur son corps se balader, elle préfère oublier, quand elle y pense elle se sent faible et souillée, elle ne se regarde même plus dans le miroir, consciente qu’elle ne peut y voir que son reflet imbibé de désespoir, à son âge certaines jouent encore à la poupée, elle est hantée par le souvenir de son père en train de la caresser, mais cela na pas trainé à empirer, son père est allé plus loin que ce à quoi elle s’était habituée, au fil du temps elle prend de plus en plus de kilos, à l’école ont se met à la traitée de gros cachalot, les visites de son père se faisaient de plus en plus régulières, mais ce n’est pas de sa faute si celle-ci ne peut rien y faire, bientôt cela se passa sous les yeux de sa mère, celle-ci lui cria « tu a volé mon mari sale salope mal baisée », avant de la séquestrer dans le grenier, mais quelques mois plus tard sort de son ventre un bébé, elle vient d’accoucher alors qu’elle ne savait pas ce qui était en train de lui arriver, en entendant ses pleurs paniqués, sa mère la jeta dans la rue sans sourciller, alors Zoé jeta sa colère sur le bébé non désiré, le détestant à un point qu’elle est incapable de le prénommer, lui reprochant d’être responsable de sa déchéance elle songe à s’en débarrasser, c’est pour ça qu’elle part dans un foyer le déposer, mais elle entend ses cris affolés de plus en plus fort qu’elle est en train de s’en approcher, alors qu’elle continue de l’entendre crier, elle sent son instinct maternel se réveiller, alors elle se reprend et décide de faire ce qu’elle peut pour s’en occuper, mais dans la clandestinité, car les assistantes sociales pourraient lui enlever, se nourrir est d’une extrême difficulté, alors elle fait la manche pour récolter un peu de monnaie et acheter de quoi manger, mais peu de gens déposent de l’argent et préfère la juger, mais elle fait une mauvaise rencontre avec un mec en train de dealer, qui en échange de services sexuels lui donne de quoi nourrir le bébé, mais cette ordure ne s’en est pas contenté, pour se faire plus d’argent il la met sur le trottoir pour la faire travailler, et c’est qu’ensuite qu’elle comprend que pour survivre elle n’a pas d’autre choix que d’accepter, le sexe devient la seule façon pour elle et son bébé d’acheter des vêtements pour se réchauffer, elle vend son corps pour leur payer de quoi s’alimenter, mais trois semaines plus tard elle ne rapporte pas assez, c’est un passant qui la retrouve sur le trottoir inanimée, elle venait de mourir tant elle était affamée, avec une pierre à la place du cœur ses parents ne la font même pas enterrer, dans la population personne ne porte attention à ce qui est arrivé, car personne ne s’intéresse au sort d’une prostituée, je vous raconte cette histoire pour que vous compreniez qu’elle a vécu l’enfer, elle s’appelait Zoé elle n’avait que douze ans et c’était ma mère.

JUANITO
Habilis
Habilis

Messages : 8
Date d'inscription : 04/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elle s'appelait Zoé

Message par ibiscus le Dim 6 Nov 2016 - 9:01

JUANITO, ton témoignage est bouleversant, en commençant ta lecture j'ai pensé que tu parlais d'une personne de ta famille.
Beaucoup de (jeunes) mamans ont vécu une maternité douloureuse dans l'abandon. Petite consolation, c'est que si tu as survécu, alors quelqu'un a pris soin de toi, au moins suffisamment pour que tu puisses raconter ton parcours.
Amicalement
avatar
ibiscus
A.O.C.
A.O.C.

Vierge Chèvre
Messages : 1123
Date d'inscription : 02/11/2015
Age : 62

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elle s'appelait Zoé

Message par JUANITO le Dim 6 Nov 2016 - 16:04

je vous remercie sincèrement pour ce message mais je précise une petite confusion: je ne suis pas l'enfant en question. C'est une histoire à la fois fictive et réelle, fictive car je l'ai inventer et réelle car il y a malheureusement trop de personnes dont leurs histoires ressemble à celle-ci. J'ai "fait raconter" cet histoire par l'enfant car je pense que leurs malheur est trop silencieux et mérite d'être exprimer. En tout cas je vous remercie vraiment de prendre le temps de lire mes écrits

JUANITO
Habilis
Habilis

Messages : 8
Date d'inscription : 04/10/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum